Il est difficile d’avoir manqué la nouvelle que le coronavirus est une chose importante. Conseils gouvernementaux et conférences de presse tous les jours; les gros titres criant sur les risques; des éditoriaux débattant de l’efficacité des mesures gouvernementales; tous nous bombardent quotidiennement.

Nous voyons les nouvelles de la Chine, de l’Italie et de la Corée du Sud, avec des villes entières confinées, et nous nous demandons si c’est ce qui se passera dans nos villes natales dans les semaines à venir.

Nous voyons les étagères vides des supermarchés comme une frénésie d’achat panique qui balaie les nations. Sérieusement, qui a besoin d’autant de papier toilette, même en cas d’urgence?

Nous entendons dire que les gouvernements d’autres pays agissent de façon décisive et radicale ou hésitent et opèrent dans un état de confusion avancé. Les forces et les faiblesses de divers systèmes de santé publique sont exposées à la vue de tous.

Cela nous amène à nous demander : « Est-ce que ça va aller? Qu’en sera t-il de mes enfants, de mes parents ou de mes grands-parents? Est-ce que je pourrai toujours travailler ou partir en vacances? Est-ce que les écoles de mes enfants seront fermées et comment vais-je m’en occuper? Est-ce que mon employeur ou ma propre entreprise survivra aux pressions économiques?

Nous pouvons débattre en détail si les mesures actuelles du Royaume-Uni sont suffisantes ou trop draconiennes pendant longtemps. D’autres écrivent à ce sujet. Je vous suggère de consulter les lignes directrices de votre gouvernement national ou la page de l’OMS sur la COVID-19. Informez-vous, tenez-vous au courant de ce qui se passe réellement, et restez loin des sites Web promouvant des théories de conspiration et colportant la peur et la désinformation !

Mais comment devrions-nous répondre en tant que chrétiens ?

Nous devrions toujours nous concentrer sur les plus grands commandements du Christ, aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme, de tout notre esprit et de toute notre force, et aimer notre prochain comme nous-mêmes. (Marc 12:29-30)

Aimer Dieu signifie mettre de côté la peur et l’anxiété – il est au contrôle. Jésus nous a averti que de telles choses arriveraient et de ne pas être anxieux, mais de les reconnaître comme des signes de gémissements de la création alors qu’elle attend sa venue.

Nous aimons nos voisins en étant plus préoccupés par leur bien-être que le nôtre. Comment pouvons-nous protéger les autres par nos propres actions? Comment pouvons-nous soutenir les voisins forcés de s’isoler?

Ont-ils besoin qu’on leur fasse des achats? Est-ce qu’ils apprécieraient un appel téléphonique simplement pour leur faire savoir qu’ils ne sont pas seuls? Soyez la voix de l’encouragement et du réconfort pour ceux qui sont seuls, anxieux et effrayés.

Comment pouvons-nous aider les intervenants de première ligne en matière de santé et de soins sociaux? Les personnes les plus susceptibles d’être exposées au virus sont également celles qui prennent soin des personnes les plus vulnérables et les protègent. Ils auront également besoin de soutien, alors qu’ils jonglent avec les pressions énormes et les décisions quotidiennes difficiles dans un système de santé déjà débordé. Encore une fois, il suffit d’un appel téléphonique ou d’un texto pour dire que vous pensez à eux et que vous priez pour eux et pour leur faire savoir que vous êtes prêt à aider de toutes les façons que vous pouvez.

Acheter par panique des rouleaux de papier toilette et du désinfectant pour les mains n’est pas aimer Dieu ou notre prochain. C’est céder à la peur. Contrôler l’état de nos voisins âgés, se laver les mains, s’isoler si nous pensons être malade, soutenir les travailleurs de la santé et les travailleurs sociaux, c’est aimer Dieu ou notre prochain.

Nous devons avant tout être gentils, pas craintifs.

Enfin, nous aimons Dieu et notre prochain en priant :

  • Pour les personnes vulnérables : nos voisins âgés, ceux qui ont de graves problèmes de santé. Mais souvenez-vous aussi de ceux qui vivent dans l’extrême pauvreté dans le monde, dans les bidonvilles et les barrios, où l’auto-isolement n’est pas vraiment possible, et l’accès aux soins de santé est limité.
    Pour ceux qui sont anxieux et effrayés, certains sans bonne cause, d’autres avec de très bonnes raisons. Priez pour être rassuré et soyez prêt à être celui qui donne cette assurance
  • Pour les travailleurs de la santé : ceux qui sont en première ligne dans les services d’urgence et de traumatologie, les services médicaux, les unités de soins intensifs, la médecine familiale et les services de santé communautaire. Pour la protection de leur propre santé, alors qu’ils cherchent à gérer les soins et les services qui deviendront encore plus surchargés dans les prochains mois.
  • Pour les gestionnaires des services de santé et des services sociaux : qui devront prendre des décisions difficiles pour s’assurer que les services essentiels sont toujours offerts et que les plus vulnérables reçoivent les soins dont ils ont besoin.
  • Pour les soignants des maisons de retraite et de la communauté : Bon nombre d’entre eux ont des contrats sans heures de travail, ce qui permet d’équilibrer le besoin de gagner de l’argent et la protection des personnes vulnérables dont ils prennent soin.
  • Pour les membres du gouvernement et les services de santé publique : qui font des choix quant au moment et à la façon d’intensifier les mesures pour ralentir la propagation du virus.

Au troisième siècle après JC, alors que la peste balayait les villes de l’Empire romain, ce sont les chrétiens qui sont restés et ont soigné les malades, même ceux qui les persécutaient. Parfois au prix de leur propre vie. Cela a changé le monde parce que personne n’avait jamais agi de la sorte. Sommes-nous prêts à être comme Christ dans notre propre réponse aujourd’hui?


Par Steve Fouch.

Adapté avec la permission des blogs du CMF

1 Comment

  1. […] Em Português, Français […]

Leave a Comment