La pandémie de COVID-19 fait rage depuis plus de sept mois maintenant.  Elle a tué directement plus de 800 000 personnes et a causé indirectement des pertes massives chez des personnes qui sont pour la plupart invisibles.  Bien que je n’aie pas les chiffres de ces “dommages collatéraux”, je ne doute pas qu’ils soient plusieurs fois supérieurs aux 800 000 décès.  Les personnes vulnérables qui ont besoin de soins pour d’autres maladies souffrent parce que la pandémie dévore les ressources qui auraient pu les aider.

Cette question a été reprise par Dawn dans son éditorial du 10 août 2020.  (L’éditorial faisait référence à un article du New York Times). Voici un extrait de l’éditorial de The Dawn :

« …Environ 80% des programmes destinés au traitement de la tuberculose, du paludisme et du VIH ont fait état de perturbations dans le monde entier, donnant lieu à la possibilité d’une augmentation des décès et du développement d’une résistance aux médicaments chez les patients.  La tuberculose fait environ 1,5 million de victimes chaque année dans le monde (plus que toute autre maladie infectieuse), mais le confinement de trois mois et le retour progressif à la normale au cours des mois suivants entraîneraient 1,4 million de décès supplémentaires dans le monde.  De même, les experts ont également prédit que le nombre de décès dus au paludisme pourrait doubler tandis que 500 000 décès supplémentaires seraient causés par le VIH/SIDA en raison des interruptions des cycles de traitement.

La liste des traitements indirectement touchés par le COVID-19 ne se limite pas à la tuberculose, au paludisme et au VIH.  Parmi les personnes qui souffrent, il y a aussi celles qui doivent se rendre régulièrement à l’hôpital parce qu’elles sont atteintes d’une maladie chronique. Le diabète, l’hypertension et les maladies cardiovasculaires reçoivent moins d’attention qu’ils n’en méritent parce que les hôpitaux sont consacrés au COVID-19.  Cela est particulièrement vrai pour les hôpitaux publics qui, dans de nombreuses régions du monde, offrent des services abordables aux pauvres.  Même les services d’ambulance ne sont pas disponibles dans de nombreuses régions du monde parce que les conducteurs craignent d’être infectés par le coronavirus. 

Les cancéreux sont également relégués au second plan car les hôpitaux n’accueillent pas ceux qui en souffrent, la maladie ne provoquant pas beaucoup de douleur.  En fait, les patients, surtout dans les zones rurales, ne connaissent pas l’urgence du problème et restent à l’écart pour le moment.  Au début de ce mois, j’ai vu un patient souffrant d’un carcinome du pénis.  Il n’est venu me voir qu’après que le pénis soit devenu une grosse excroissance en forme de champignon.  Il avait peur de venir à l’hôpital il y a trois mois, alors que son pénis était encore petit et aurait pu être mieux traité.

Les patients ruraux comme lui doivent faire face à de plus grands défis que leurs homologues urbains en raison du confinement et des restrictions de voyage.  De plus, les pertes d’emploi, un problème extrêmement grave en soi, ont laissé d’énormes pans de la population des pays en développement dans l’impossibilité d’accéder aux services de santé.

Un autre sérieux problème est l’arrêt des accouchements dans les structures sanitaires. Les enfants ne sont pas vaccinés et les enfants malades sont emmenés chez des guérisseurs traditionnels au lieu d’être amenés à l’hôpital.  Les personnes handicapées ne sont pas vues dans les environs d’un hôpital, encore une fois à cause de la peur du COVID-19. 

Il est difficile d’estimer le nombre de décès causés par tous ces “problèmes associés”.  Dans les pays en développement, ce chiffre peut être très élevé.  Mais maintenant que nous avons reconnu le problème, envisageons quelques solutions.

Abandonner l’approche centrée sur le médecin

En raison de la pandémie du COVID-19, nous nous rendons compte une fois de plus qu’il existe un fossé infranchissable entre le nombre de médecins et le nombre de personnes atteintes de maladies chroniques.  Dans le meilleur des cas, ce ratio était scandaleusement biaisé.  Aujourd’hui, c’est un désastre complet.  Je pense que cela est vrai non seulement en Inde, qui compte 500 écoles de médecine – le plus grand nombre du monde – mais aussi dans tous les pays en développement. 

Former des techniciens spécialisés en maladies chroniques et en faire travailler plusieurs sous la supervision d’un infirmier/médecin. Ils peuvent travailler dans des cliniques de quartier ou faire des visites à domicile.  Former des infirmiers éducateurs spécialisés en maladies chroniques qui, non seulement soutiendront les techniciens en maladies chroniques, mais aussi éduqueront les patients afin de démystifier les soins des maladies chroniques.  Enseigner aux patients les signes d’alarme : infection du pied chez un diabétique, taux de sucre dans le sang très élevé ou faible, test d’albuminurie, vertiges ou syncope chez un hypertendu, effets secondaires de médicaments courants, etc.  Les patients doivent pouvoir gérer autant que possible leur propre santé/maladie.  Plus important encore, les techniciens des maladies chroniques continueront à encourager les patients chez eux à modifier leur mode de vie : gérer leur alimentation, faire de l’exercice et arrêter de fumer et de boire de l’alcool.

Utiliser la technologie

Fournir des soins proactifs en utilisant la téléconsultation et les visites de soins virtuelles.  Les symptômes peuvent être évalués et les régimes médicamenteux peuvent être modifiés, le tout virtuellement.  Délivrer les ordonnances par courrier électronique en mettant en copie le pharmacien.

Amener des éducateurs vaccinaux ou des vaccinateurs

On espère qu’un vaccin permettra d’endiguer la pandémie de COVID-19.  Mais cela ne se produira pas tant qu’une majorité de la population ne sera pas immunisée.  C’est donc maintenant le moment pour nous de former des éducateurs à la vaccination/vaccinateurs.  Il y a une autre façon importante pour que cette démarche soit utile.  Nous savons que la politique actuelle de vaccination empêchera les pauvres et les marginalisés d’avoir accès au vaccin contre le coronavirus.  De plus, comme ils forment la majeure partie de la population, la menace de la COVID-19 ne sera ôtée pour personne.  Nos éducateurs vaccinaux peuvent faire pression et devenir des activistes pour s’assurer que les pauvres peuvent accéder à la vaccination et y accèdent.

Mais toutes ces mesures nécessiteront des investissements en temps et en technologie.  Alors, seront-elles possibles ?  Il faudra de la créativité et de l’esprit d’entreprise, non seulement pour les réaliser, mais aussi pour que ces mesures s’autofinancent.  Cela peut également être une réalité grâce à des financements provenant de sources philanthropiques.

Il est tragique que les victimes de la pandémie du COVID-19 soient plus nombreuses que ce que l’on peut voir ou enregistrer correctement.  Les pauvres luttent pour obtenir des soins non seulement pour leur diabète, leur hypertension et leur cancer, mais aussi pour les épidémies qui les touchent le plus – la tuberculose, le paludisme et le VIH.  Cette liste est complétée par la pandémie du COVID-19 qui nous menace tous, mais eux encore plus.

Ne perdons pas de vue les personnes réellement vulnérables.


Le Dr Vinod Shah est l’ancien Directeur Exécutif de l’ICMDA.

Dr Vinod Shah

1 Comment

  1. […] Em português, français  […]

Leave a Comment