En tant que médecins au sein du Service National de Santé (NHS) du Royaume-Uni, un système de santé bien doté, nous abordons le sujet du rationnement des soins de santé avec une certaine humilité. Cependant, à mesure que la pandémie COVID-19 progresse, l’allocation des ressources devient de plus en plus difficile pour toutes les nations. Nous cherchons à examiner comment, en tant que chrétiens, nous pouvons commencer à relever certains des défis éthiques difficiles auxquels sont confrontés nos systèmes de santé.

Lorsqu’il a été demandé, quel est le plus grand commandement :

Jésus a répondu : “Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée.”. C’est le premier commandement et le plus grand. Et voici le deuxième, qui lui est semblable : “Tu aimeras ton prochain comme toi-même.” [1]

Aimer son prochain peut sembler très différent d’une personne à l’autre, en fonction des besoins cliniques et de l’état de santé. Pourtant, l’amour doit rester au cœur de toutes nos décisions.

La demande de ressources vitales intensives de la part de patients gravement malades augmente rapidement. La gestion de cette demande a nécessité des mesures telles que les tests, la recherche des contacts, la mise en quarantaine et la distanciation sociale. Il y a de nombreux exemples dans les Écritures qui montrent comment augmenter l’offre de ressources en période de défi par la foi et la prière[2], recruter plus de travailleurs[3], former et libérer de nouveaux dirigeants[4].

Malgré les efforts déployés pour accroître les capacités, nous sommes toujours confrontés à un risque de pénurie de ressources. En utilisant les quatre piliers de l’éthique médicale de Beauchamp et Childress [5] comme cadre, envisageons une réponse chrétienne.

Le respect de l’autonomie des patients

Si un patient a des capacités et refuse l’intensification des soins, on ne peut pas lui imposer cela, même si cela semble peu judicieux. [6] De même, si un patient insiste pour une intensification complète du traitement, il peut toujours être cliniquement approprié de refuser certains traitements qui ont peu de chances d’être bénéfiques [7] ou qui peuvent causer des dommages. Certains patients, en particulier les personnes fragiles et âgées, peuvent choisir de rester à la maison (idéalement avec la mise en route de soins palliatifs de haute qualité), pour permettre une mort plus naturelle en compagnie de ceux qu’ils aiment.

Bienfaisance – maximiser les bénéfices grâce à une bonne gestion des ressources

En tant que professionnels de la santé chrétiens, nous sommes appelés à être de bons gestionnaires de nos ressources [8], mais l’utilitarisme [9] – “le plus grand bien pour le plus grand nombre” – nous met souvent très mal à l’aise. La crise de la COVID-19 est un exemple de circonstance extrême, avec un besoin écrasant et des ressources limitées, où une éthique utilitariste douce peut être justifiée.

Lorsque les ressources sont insuffisantes, il semble raisonnable de prioriser l’accès à des interventions intensives pour ceux qui sont le plus susceptibles d’en bénéficier. Cependant, l’application de ce principe est difficile, car nos connaissances sur la COVID-19 sont inégales mais en expansion.

La priorité absolue pour décider qui doit recevoir un traitement pendant cette crise est la probabilité de survie d’une personne et la rapidité du bénéfice attendu. Parmi les facteurs pertinents, on peut citer

  • La gravité de la maladie aiguë
  • La présence et la gravité de la comorbidité
  • La fragilité ou, lorsque cela est cliniquement pertinent, l’âge [10].

Nous devons reconnaître que le rationnement dans le contexte d’une pandémie causera une détresse morale aux équipes de soins de santé et nous devons chercher à modeler ce que signifie promouvoir le bien-être de nos collègues, ainsi que de nos patients.

La Parole de Dieu nous commande sans cesse d’être compatissants, tout comme notre Père céleste est compatissant :

Enfin, ayez tous les mêmes pensées et les mêmes sentiments, soyez pleins d’amour fraternel, de compassion, de bienveillance. [11].

Malgré le stress et la pression croissants dans cette période, le commandement demeure. Nous devons chercher la compassion et le réconfort du Seigneur, afin de pouvoir les transmettre à ceux qui nous entourent [12].

Justice distributive – garantir l’impartialité, l’égalité et l’équité

En tant que chrétiens, nous affirmons que toutes les personnes ont une valeur et une signification intrinsèques, étant faites à l’image même de Dieu, [13] et méritent également des soins. Le fait que tous les gens soient égaux ne signifie pas qu’ils doivent tous recevoir les mêmes traitements.

Cependant, la justice se corrompt si elle discrimine en faveur de certaines vies au détriment d’autres. Tout au long des Écritures, nous voyons que toutes les personnes sont d’égale valeur, et nous ne devrions pas favoriser des individus en fonction de leur statut social, [14] financier, [15] ou autre – notre Dieu abhorre le favoritisme et aime l’impartialité [16]. En effet, nous sommes appelés à défendre les personnes vulnérables [17].

Nous devons également prendre en compte l’accès des patients non-COVID-19 aux rares ressources de santé. Comment prendre soin de ceux qui ont besoin d’autres traitements urgents lorsque nos ressources hospitalières sont proches de l’épuisement ? Ce sont là des défis très difficiles et nous devons prier pour avoir la sagesse.

Non-malfaisance – minimiser les dommages

Pendant cette crise de la COVID-19, les décisions relatives au retrait de traitement (comme la ventilation invasive) peuvent, par nécessité, intervenir plus tôt que dans des circonstances normales, et ce pour des raisons de ressources. Le retrait du traitement n’est pas moralement équivalent à un meurtre intentionnel [7]. Dans ces circonstances, la mort est déjà dans la pièce, et permettre un décès n’est pas la même chose que de le provoquer.

Néanmoins, ce genre de décisions lourdes de conséquences existentielles, en plus des ramifications juridiques potentielles [18], sera émotionnellement, moralement et spirituellement pénible pour les cliniciens qui devront les prendre. Les décisions complexes relatives au rationnement peuvent être prises de préférence dans le cadre d’une discussion avec un deuxième avis, et même par un comité [19].

Conclusion

Cette pandémie de la COVID-19 est un appel à la prière pour les cliniciens, les gestionnaires, les politiciens et tous ceux qui sont impliqués dans la réponse. Nous devons prier pour que de nouvelles solutions, innovations et technologies soutiennent la prestation des soins de santé et mettent fin à cette crise difficile.

Enfin, nous devons rechercher la sagesse du Seigneur [20]. Nous, nos familles et la grande famille de l’Église dans le monde entier, prions pour vous et pour les autres professionnels de la santé dans le monde entier. Nous devons nous efforcer d’être de bons intendants, tout en faisant pression pour obtenir des ressources suffisantes. Nous devons nous efforcer d’affirmer que la compassion est la clé, que tous les gens sont égaux et qu’ils méritent tous d’être soignés.


Ceci est un bref résumé d’un document d’information – veuillez lire la version complète pour un examen plus approfondi des problèmes.

Dr Melody Redman – Stagiaire en pédiatrie et boursière en leadership, Sheffield, UK

Dr James Haslam – Consultant en anesthésie et en médecine des soins intensifs, Salisbury, UK

Références

  1. Matthieu 22:37-39
  2. Matthieu 14:19; 2 Rois 4:1-7
  3. Matthew 9:37-38
  4. Nombres 11:16-17; Luc 10:1
  5. Beauchamp TL, Childress JF. Principles of biomedical ethics. 5th edition. New York: Oxford University Press, 2001
  6. Treatment and care towards the end of life: good practice in decision making. General Medical Council, July 2010. bit.ly/2UG7g7C [accessed 5 April 2020]
  7. Haslam J. Withdrawing and withholding medical treatment. CMF File 62, 2017. cmf.li/2HUkFCG [accessed 5 April 2020]
  8. Matthieu 25:14-30 15
  9. Bentham J. An introduction to the principles of morals and legislation (1789). Garden City, NJ: Doubleday, 1961
  10. Coulson-Smith P, Lucassen A. Clinical ethics guidance during the COVID-19 pandemic. University Hospital Southampton (UHS) Clinical Ethics Committee, 30th March 2020 (unpublished)
  11. 1 Pierre 3:8
  12. 2 Corinthiens 1:3-4
  13. Genèse 1:27
  14. Galates 3:28
  15. James 2:1-9
  16. Proverbes 24:23; Romains 2:11; Luc 14:13-14
  17. Proverbes 31:8-9
  18. Statement on legal liabilities of clinicians as individuals during Coronavirus Pandemic. Intensive Care Society. bit.ly/2QYRQJG [accessed 5 April 2020]
  19. Truog RD, et al. The toughest triage – allocating ventilators in a pandemic. NEJM, 2020. DOI:10.1056/NEJMp2005689
  20. Jacques 1:5
Dr Melody Redman
Dr James Haslam

Leave a Comment