Le mois de septembre a commencé et, avec lui, l’automne. Assis ici à Staten Island, je pense aux saisons qui viennent de terminer. Je peux  “voir” les saisons de printemps et d’été mieux que je ne l’aurais fait dans le chaos du passé récent. La raison en est une semaine de retraite chrétienne à laquelle Janet, nos enfants et moi avons participé. Ce article est consacré à ce que j’ai reçu au cours de cette retraite afin de l’apporter à ma ville et à mon pays meurtri, ainsi qu’à vous.

Lorsque nous partions pour notre retraite, les nerfs étaient à vif partout. Nous étions épuisés non seulement par les longues heures de travail des six mois précédents pour combattre la COVID-19, mais aussi par l’impact local de la politique nationale et l’atmosphère sociale chargée. Nous étions et sommes toujours dans un monde de plus en plus craintif, incertain et violemment polarisé.

Par  ici, tout le pays des Etats-Unis est ébranlé par l’assaut continu de la COVID et également blessé par une élection présidentielle décisive et brutale. La pandémie a eu un impact direct et indirect sur la période précédant les élections et a également exacerbé le climat d’incertitude, de colère et de stress qui couve actuellement. A en croire les médias, les personnes ou les circonstances à blâmer pour la crise ne manquent malheureusement pas.

Les tentatives pour trouver une solution, qu’il s’agisse d’un médicament, d’un vaccin ou de traitements et stratégies expérimentaux, ne manquent pas non plus. Dans d’autres parties du monde, la situation n’est pas très différente. Face à la COVID, il semble que tout le monde s’efforce de rejeter le tort sur quelqu’un, de trouver des solutions, d’essayer simplement d’ignorer ce qui se passe, ou, pour certains, tout ce qui précède.

Je dis qu’il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi, qu’il y a une autre voie, bien meilleure, que Dieu nous montre. Ceci est une leçon qui m’a été donnée sous la forme d’un souvenir – et comme un don – tout récemment. Permettez-moi de partager ce que je veux dire.

En tant que famille, nous avons vécu des moments éprouvants  ce printemps et cet été. La ville de New York, où Janet et moi travaillons au Centre de Santé Communautaire Chrétienne de Beacon, a été le premier épicentre de la pandémie aux États-Unis. Beacon était l’un des seuls centres de consultation externe qui est resté ouvert pendant toute la durée de la pandémie dans notre arrondissement de Staten Island. Bien que nous ayons vu Dieu faire des choses étonnantes à travers notre personnel et notre communauté pour aider à contrôler l’épidémie là où nous sommes, la ville dans son ensemble était lentement et douloureusement dans le processus de s’en sortir et de faire face à cette situation.

En juin, Janet et moi avons parlé, lors d’un webinaire de l’ICMDA, du rôle du leadership de Beacon au niveau local, et de la colère, de la confusion et des bouleversements que notre ville traversait. Nous voyons encore toutes ces émotions chaque jour dans notre centre de santé communautaire, alors que les gens digèrent ce qui vient de se passer. Nous voyons ces réactions, qui malheureusement imprègnent aussi l’église autour de nous. Au cours des derniers mois, ici à New York, le nombre de cas a diminué, mais les reproches et la rhétorique exigeant des mesures correctives pour l’avenir ont augmenté en volume.

La question qui se pose est donc la suivante : avons-nous vraiment appris quelque chose de la COVID-19 ? Ou bien, comme beaucoup l’ont dit autour de moi, essayons-nous simplement de “mettre cela derrière nous”, de “revenir à la normale” et de cacher les blessures physiques, mentales, émotionnelles, relationnelles et spirituelles que nous pensons pouvoir enterrer, mais qui, en fait, nous poussent, nous et nos actions, à être encore plus blessés en cours de route ? Notre famille a réfléchi à ces questions et à d’autres encore, aussi bien pendant notre retraite que par la suite.

La semaine que nous avions passée dans les montagnes du nord de l’Etat de New York marquait le début de la “guérison” de notre famille de nos propres blessures, subies au cours de presque six mois d’activités ininterrompues de lutte contre la COVID dans notre centre de santé et dans les hôpitaux. Janet, nos quatre enfants et moi-même avions été frappés de diverses manières dans ce combat. Dans la paix et le calme des montagnes Adirondack, nous avons commencé à nous rétablir en nous reposant physiquement, mentalement, émotionnellement, relationnellement et spirituellement.

En plus d’être en communauté avec les quelques autres familles de ce centre de retraite, nous avons également pu entendre des conférenciers qui auraient normalement été là avec nous, mais qui ont été obligés, en raison de la COVID et des restrictions de voyage, de s’organiser pour que nous puissions suivre leurs interventions à distance. L’orateur de notre semaine, Alistair Begg, nous a entretenu sur 1 Pierre 5, et en particulier des versets 6 à 11, qui sont devenus le cri de ralliement de notre famille pour la semaine :

« Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable; et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables. A lui soit la puissance aux siècles des siècles! Amen! » (1 Pierre 5:6-11)

« Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car il prend soin de vous ».  Alors que nous étudiions ce passage pendant la semaine, ces mots, si souvent prononcés ou cités, si souvent oubliés, se sont installés au plus profond de mon âme. Je me suis demandé si nous nous souvenions que le Dieu des cieux prend vraiment soin personnellement de chacun d’entre nous tous. Ne sommes-nous pas tous, secoués et déracinés par cet événement unique dans notre vie, aspirant ultimement à être aimés et soignés ? Et pourtant, voici la provision de Dieu, juste sous notre nez. Le rappel que je devais me décharger sur un Dieu bienveillant m’est parvenu comme un choc rafraîchissant.

Alors que notre famille lisait, étudiait et même parfois, pleurait sur le reste de ce passage, il est devenu clair pour Janet et moi que “Il prend soin de vous” est au cœur, non seulement de la manière dont chacun d’entre nous peut personnellement développer une résilience face à ce que Dieu a permis de se passer  dans ce monde, mais aussi de la manière dont nous, professionnels de la santé qui aimons Jésus-Christ, pouvons être nourris afin d’utiliser notre métier pour participer à cette guérison – physique, mentale, émotionnelle, relationnelle et spirituelle – du monde dont Dieu se soucie tant.

Ouf ! Comme il est merveilleux que Dieu languisse de nous perfectionner, de nous établir, de nous renforcer et de nous installer après que nous ayons souffert un certain temps ! C’est incroyable qu’il nous ait appelés, dans le domaine de la santé, à être si intimement impliqués dans ce processus de guérison de nos patients et de nos communautés ! C’est ce que nous faisons à Beacon, grâce à notre travail innovant et axé sur la personne entière et la communauté entière et dont l’objectif est tout simplement d'”aimer la prochaine personne que nous rencontrons”. C’est ce que nous enseignons à nos résidents et à nos étudiants ici à New York, grâce au programme d’enseignement du centre de Beacon, alors qu’ils commencent à assimiler ce qu’ils apprennent au tout début même de leur carrière et de leur vocation, et à développer la résilience (si Dieu le veut) pour “lui résister (le diable), avec une foi inébranlable”.

C’est ainsi que Janet et moi croyons que Dieu nous encourage et nous fortifie tous, où que nous soyons dans le monde, pour continuer à “combattre le bon combat” (2 Timothée 4:7). Je suis reconnaissante qu’on me rappelle cet appel. Nous n’avons jamais cessé de le suivre, mais nous étions parfois fatigués.

Le souvenir de cet appel s’est renforcé pour moi au début de cette nouvelle saison. Je le prends comme un cadeau précieux. C’est ainsi que nous devons, en tant que chrétiens, replacer les “soins” dans les “soins de santé”, car nous pouvons nous décharger de tous nos soucis sur celui qui prend mieux soin de nous, et encourager les autres, par notre pratique des soins de santé, à faire de même.

Que ceci soit notre paix et notre joie personnelles face à un avenir qui, bien qu’il nous soit encore inconnu, est encore entièrement sous le contrôle de notre Dieu bienveillant, omniscient et tout-parfait. Alléluia et Amen !


Le Dr David Kim est le Directeur Exécutif du Centre de Santé Communautaire Chrétien de Beacon à Staten Island, New York.

Dr David Kim

Leave a Comment