Il y a eu de nombreux et excellents prières et sermons sur la pandémie de COVID-19 au cours des dernières semaines

Ils ont mis l’accent sur des thèmes tels que la souveraineté de Dieu, la fragilité de l’homme et l’appel des chrétiens à ne pas craindre mais plutôt à être de bons citoyens, des voix de quiétude et des agents de compassion dans la crise.

Comme la Bible nous le dit, nous devons garder les choses dans une perspective éternelle à travers ces « troubles légers et momentanés » (2 Corinthiens 4:17) et nous rappeler que notre véritable trésor est au ciel et non sur terre. (Matthieu 6 : 19-21)

Ce n’est pas facile à entendre pour ceux d’entre nous qui sont assis dans nos bunkers d’auto-isolement, à regarder 20 ans d’économies disparaître en deux semaines et à se demander si l’entreprise qui nous emploie existera même dans deux mois.

Ce n’est pas seulement la menace physique du virus mais le fait que cela frappe un monde qui, avant même que cette pandémie ne fasse surface, était déjà embourbé dans des dettes (la dette mondiale représente désormais un record de 322% du PIB) et avait déjà utilisé tout son budget.

La plupart d’entre nous n’avions jamais rencontré d’événements causant une telle dévastation sociale et financière.

C’est pourquoi il est essentiel qu’en tant que chrétiens, nous gardions notre sang-froid et agissions en tant qu’agents du Christ dans ce que nous disons et faisons.

Après tout, nous savons que Dieu ne nous quittera ni ne nous abandonnera jamais (Hébreux 13 : 5) et que rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Christ Jésus notre Seigneur (Romains 8 :38, 39). Vivre est Christ et mourir est un gain, comme l’a dit l’apôtre. (Philippiens 1 :21)

Mais nous devons aussi réfléchir sérieusement à notre situation mondiale difficile – peut-être en commençant par demander ce que la Bible enseigne sur les épidémies.

Nous savons de la science que les épidémies sont causées par des agents infectieux (bactéries et virus) qui sont transmis d’une personne à une autre et de l’histoire qu’elles ne sont pas rares.

Wikipedia en documente des centaines qui se sont produites au cours de l’histoire – entraînant des centaines à des millions de morts. Cette page d’histoire des épidémies illustre cela graphiquement. Les épidémies ne sont pas nouvelles.

Leur degré de mortalité dépendra de divers facteurs – la gravité de la maladie qu’ils provoquent, le caractère infectieux de l’agent, le niveau d’immunité de la population et l’existence de vaccins et de traitements.

Le coronavirus n’est ni le pire ni le moindre que nous ayons rencontré. Mais c’est néanmoins très grave.

Elle provoque une maladie nécessitant une hospitalisation chez environ 20% des personnes, dont environ un quart nécessitera une ventilation. Sa mortalité ne peut pas encore être connue avec certitude mais se situe probablement entre 1 et 4%.

Il est modérément infectieux (aussi facile à attraper qu’Ebola) et il n’y a pas d’immunité préexistante dans la population humaine et pas encore de vaccin. Il n’y a pas non plus de traitement curatif spécifique – juste des traitements symptomatiques comme le soulagement de la douleur (si vous pouvez trouver du paracétamol dans les magasins) et des traitements de soutien comme l’oxygène et la ventilation / ECMO. Il a une prédilection particulière pour les personnes âgées et infirmes.

Jusqu’à présent, il a tué plus de 10 000 personnes dans le monde, mais les chiffres augmentent rapidement, comme nous le savons tous.

Cependant, il se classe toujours bien en dessous des pires épidémies de l’histoire énumérées ci-dessous, qui ont toutes tué plus d’un million de personnes.

Année (s)DescriptionLieuAgent InfectieuxMorts
165–180Peste d’AntonineEmpire RomainPossiblement variole5–10 million
541–542Peste de JustinienEurope, Egypte et  Asie occidentalePeste25–50 million
1331–1353Peste noireEurope, Asie et Afrique du NordPeste50–200 million
1520Épidémie de varioleMexiqueVariole5-8 million
1545–1548Épidémie de CocoliztliMexiquePossiblement Salmonelle5–15 million
1576–1580Épidémie de CocoliztliMexiquePossiblement Salmonelle2–2.5 million
1772Peste persanePersePeste>2 million
1852–1860Troisième pandémie de choleraRussieCholéra1 million
1889–1890Épidémie de grippeMonde entierInfluenza1 million
1915–1926Maladie du sommeilMonde entierEncephalitis lethargica1.5 million
1918–1920Grippe espagnoleMonde entierInfluenza A2-50 million
1957–1958Grippe asiatiqueMonde entierInfluenza A2 million
1968–1969Grippe de Hong KongMonde entierInfluenza A1 million
1920–présentEpidémie de HIV/AIDSMonde entierHIV/> 32 million

Comme vous pouvez le voir, les quatre pires épidémies de l’histoire en termes de vies perdues ont été la peste de Justinien, la peste noire, la grippe espagnole et l’épidémie de sida, qui ont toutes fait plus de 20 millions de morts.

Nous avons donc encore du chemin à parcourir.

Alors, que nous enseigne la Bible sur les épidémies ? Et comment cela devrait-il façonner notre réponse en tant que croyants ?

Pour comprendre cela, nous devons regarder au-delà des virus et des bactéries vers les réalités spirituelles qui se trouvent au-delà.

Nous savons que Dieu est totalement souverain sur tout ce qui se passe dans l’univers. Comme nous le rappelle le livre de Daniel, les rois ne peuvent pas régner, les lions ne peuvent pas mordre et le feu ne peut pas brûler sans sa permission.

Dieu est souverain sur tout ce qui est humain, biologique et physique et en particulier sur la montée et la chute des nations (Daniel 2 :21, 4 :25, 5 :21).

Dieu était l’auteur des plaies d’Egypte dans Exode 7-12 et est également l’auteur des plaies décrites dans le livre de l’Apocalypse.

Dieu est notre Sauveur mais il est aussi notre juge et son jugement se joue non seulement à la fin des temps mais au cours de l’histoire.

Par l’intermédiaire du prophète Ézéchiel, Dieu parle de ses “ quatre jugements affreux ” (14 :21) – l’épée, la famine, les bêtes sauvages et la peste – qu’il envoie à la fois contre Jérusalem (14 :21) et “ tout pays ” qui pèche contre lui (14) : 13). Deutéronome 28 énumère les malédictions de la désobéissance qui, selon le Seigneur, frapperont Israël si elle tombe dans l’apostasie et celles-ci incluent les maladies infectieuses (28 : 21-22, 58-63).

Les livres des prophètes de l’Ancien Testament décrivent en détail ce qui arrivera à chaque nation et empire au cours de l’histoire à la suite du péché sociétal (oui les nations, ainsi que les individus, seront jugés) et dans des passages comme Amos 4 Dieu dit très clairement qu’il était lui-même la source de la famine, de la sécheresse, de la brûlure, des sauterelles et de la peste (4 :10) dont Israël avait souffert. Dieu est souverain. « Quand le désastre survient dans une ville, n’est-ce pas le Seigneur qui l’a causé ?» (Amos 3 : 6) Quand Salomon prie le Seigneur dans 2 Chroniques 6 : 12-42 lui demandant de délivrer Israël de la guerre, de la sécheresse, de la famine et de la peste (28-31), Dieu dans sa réponse (7 :13) indique très clairement qu’il est lui-même l’auteur de ces afflictions : « Quand je ferme le ciel pour qu’il n’y ait pas de pluie, ou que je commande aux sauterelles de dévorer le pays ou d’envoyer une plaie parmi mon peuple…» (2 Chroniques 7:13).

Jésus dit très clairement que le temps entre sa première et sa seconde venue sera caractérisé par la guerre, les tremblements de terre, les famines et aussi les « pestes » (Luc 21 : 10-11). Le quatrième cheval de l’apocalypse et son cavalier, nommé Mort et Hadès, ont reçu le pouvoir de « tuer par l’épée, la famine et la peste et par les bêtes sauvages de la terre ». (Révélation 6 : 8) Les quatre chevaux de l’apocalypse et en fait toutes les plaies décrites dans le livre de l’Apocalypse sont libérées par Jésus-Christ lui-même. C’est l’Agneau de Dieu qui ouvre les sept sceaux (Apocalypse 6 : 1), ordonne le son des sept trompettes (8 : 1,2) et ordonne le déversement des sept coupes de la colère de Dieu (16 : 1). De nos jours, de nombreux chrétiens préfèrent blâmer les êtres humains ou Satan pour ce genre d’événements cosmiques – mais alors qu’ils sont très certainement impliqués – c’est Dieu lui-même qui est à la fois auteur et juge. Satan doit demander la permission de Dieu pour affliger Job (Job 2 : 4-8) ou pour cribler Pierre (Luc 22 :31) – il est comme un chien en laisse. Cela ne devrait donc pas nous surprendre lorsque nous examinons les épidémies décrites dans la Bible – ces événements qui semblent les plus susceptibles d’être causés par des agents infectieux comme les virus et les bactéries – que c’est Dieu, ou l’un de ses anges, qui est invariablement nommé comme l’agent actif.

J’ai énuméré ci-dessous sept fléaux majeurs décrits dans l’Ancien Testament. Vous remarquerez que dans chaque cas, Dieu ou l’Ange du Seigneur est décrit comme l’agent actif. De plus, dans cinq des sept, c’est Israël qui fait l’objet du jugement. Les Assyriens et les Philistins occupent les deux autres places.

RéférenceGroupeMaladieRaisonAgentMorts
Exode 32:35IsraelitesPesteIdolâtrieLe Seigneur
Nombres 11:31-34IsraelitesPesteComplaintesLe Seigneur
 Nombres  16:49IsraelitesPesteInsubordinationLe Seigneur14,700
 Nombres  25:9IsraelitesPesteImmoralité SexuelleLe Seigneur24,000
1 Samuel 5:9PhilistinsTumeurs Vol de l’ ArcheLe Seigneur
2 Sam 24 & 1 Ch 22IsraelitesPesteRecensementAnge70,000
2 Rois 19:35AssyriensInnomméeAttaque d’IsraëlAnge185,000

En outre, chaque fléau constitue une rétribution pour un péché national spécifique – qu’il s’agisse d’insubordination, d’immoralité sexuelle, d’idolâtrie ou autre.

Alors, comment devrions-nous réagir en tant que chrétiens face au coronavirus ?

Nous devons bien sûr prier pour la sagesse du Seigneur : pour que la foi voie le plan de Dieu à travers tout cela, pour espérer dans notre sécurité en Christ Jésus, et pour que la force soit le corps du Christ pour servir ceux qui sont dans le besoin.

Il existe de grandes occasions de montrer de la compassion à ceux qui souffrent et de nombreuses églises ouvrent déjà la voie à cet égard.

Mais si nous ne voyons pas que Dieu est également souverain sur cet événement – qu’il l’a non seulement permis mais aussi causé et que ce “ fléau ” est un acte de jugement et une marque de notre péché en tant que nations – nous aurons vraiment mal compris.

« Je suis le Seigneur, et il n’y en a pas d’autre. Je forme la lumière et je crée les ténèbres, je fais le bien et je crée le malheur ; Moi, le Seigneur, je fais toutes ces choses. » (Ésaïe 45 : 6,7)

Oui, Dieu est notre guérisseur. Il pansera nos plaies. Il est aimant et compatissant. Mais il est aussi l’auteur ultime de la souffrance humaine car il est aussi notre juge et l’utilise pour nous réveiller de notre sommeil spirituel. Comme l’a dit CS Lewis :

« Nous pouvons ignorer même le plaisir. Mais la douleur insiste pour être soignée. Dieu nous chuchote dans nos plaisirs, parle dans notre conscience, mais crie dans nos douleurs : c’est son mégaphone pour réveiller un monde sourd. »

Comment sommes-nous sourds ? Il est intéressant de noter que cette épidémie semble toucher le plus les pays riches occidentaux. En général, les plus âgés et les plus riches d’entre nous sur la planète sont actuellement les plus durement touchés.

Ce virus menace de nous déjouer et de submerger même nos ressources médicales, financières et sociales incomparablement vastes. Nous le combattons avec toute notre richesse, notre ingéniosité et nos connaissances scientifiques – et il est juste de le faire – mais nous sommes finalement entre les mains de Dieu. C’est lui qui par un tour subtil de vis peut choisir de le contenir ou de le lâcher. Nous sommes du mastic ou de la poussière entre ses mains.

Age% de la population% d’infectésFatalité
0-912.0%0.9%0 as jusque-là
10-1911.6%1.2%0.2%
20-2913.5%8.1%0.2%
30-3915.6%17.0%0.2%
40-4915.6%19.2%0.4%
50-5915.0%22.4%1.3%
60-6910.4%19.2%3.6%
70-704.7%8.8%8.0%
80+1.8%3.2%14.6%

Et donc, parallèlement à toutes les bonnes choses que nous faisons et devons faire pour contenir, atténuer et faire reculer ce virus, nous devons nous demander ce que Dieu pourrait nous dire en tant qu’Occident post-chrétien riche et débauché – une culture en phase finale qui a tourné le dos à Dieu et a suivi sa propre voie.

C’est Ezéchiel qui a dit de son propre peuple il y a plusieurs siècles :

« Or, c’était le péché de votre sœur Sodome : elle et ses filles étaient arrogantes, suralimentées et indifférentes ; ils n’aidaient ni les pauvres ni les nécessiteux. Ils étaient hautains et ont fait des choses détestables avant moi. Par conséquent, je les ai supprimés comme vous l’avez vu. » (Ézéchiel 16 : 49,50)

Ces mots pourraient tout aussi bien décrire le monde occidental d’aujourd’hui.

L’un des récits de peste les plus intéressants énumérés ci-dessus est celui qui entoure le recensement, décrit dans 2 Samuel 24 et 1 Chroniques 21.

Le roi David fait un recensement des combattants d’Israël contrairement au commandement de Dieu. En conséquence, Dieu envoie un ange pour apporter une plaie sur Israël. 70 000 personnes meurent sur toute la longueur et la largeur du pays – de Dan à Beer-Sheva (2 Samuel 24 :15).

Mais quand l’ange est sur le point de détruire Jérusalem elle-même, Dieu appelle à l’arrêt et dit : « Assez! Retirez votre main ». (24 :16)

David voit l’ange qui est à ce moment-là à l’aire de battage d’Araunah le Jébusite et demande que Dieu le punisse à la place du peuple (étant donné que le recensement était de sa faute).

La réponse de Dieu est de demander à David de construire un autel sur le site, qu’il achète ensuite pour 50 shekels, et sacrifie les holocaustes, les offrandes de fraternité et les prières qui amènent Dieu à faire disparaître la peste.

Le lieu où ces événements se produisent est profondément significatif. On nous dit dans 2 Chroniques 3 : 1-2 que l’aire de battage d’Araunah était sur le mont Moriah – l’endroit où Dieu a fourni un bélier de remplacement à Abraham pour son fils Isaac et où le fils de David, Salomon, construirait plus tard le Temple. Nous le connaissons comme le Mont du Temple aujourd’hui.

Sur le mont Moriah, un bélier meurt à la place d’Isaac. Sur l’aire de battage d’Araunah, des animaux sont sacrifiés à la place des habitants de Jérusalem. Sur le mont du Temple, des moutons et des chèvres sont ensuite sacrifiés à la place du peuple d’Israël. Chaque mort substitutive évite la colère de Dieu.

Tous ces trois événements indiquent prophétiquement la mort de Jésus sur la croix pour nos péchés, prenant le châtiment que nous méritions.

L’Agneau de Dieu – Jésus-Christ – devient notre Sauveur mourant à notre place.

Ce qui va se passer avec l’épidémie de coronavirus est entre les mains de Dieu. Nous ne savons pas à ce stade combien de vies il réclamera et si nous serons personnellement inclus dans ce nombre.

Mais nous devons nous rappeler que l’Agneau qui a donné sa vie afin que nous puissions nous tenir devant Dieu avec confiance le jour du jugement, est le même Agneau qui retire les sceaux du jugement dans le livre de l’Apocalypse pour libérer les quatre cavaliers de l’Apocalypse.

Nous savons que, quelle que soit sa gravité et combien de personnes meurent, la peste du coronavirus finira par passer et ne deviendra qu’un autre événement de l’histoire. Mais lisons-nous les signes ?

Malheureusement, dans le contexte de l’Apocalypse, la plupart des gens sur terre ont raté les signes. On nous dit que face à ces avertissements, ils ne se sont pas repentis :

Le reste de l’humanité qui n’a pas été tué par ces fléaux ne s’est toujours pas repenti du travail de leurs mains ; ils n’ont pas cessé d’adorer les démons et les idoles d’or, d’argent, de bronze, de pierre et de bois – des idoles qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher. Ils ne se sont pas non plus repentis de leurs meurtres, de leurs arts magiques, de leur immoralité sexuelle ou de leurs vols. » (Apocalypse 9 : 20,21)

Meurtres, arts magiques, immoralité sexuelle et vols. Il n’est pas difficile de voir comment ces descriptions pourraient s’appliquer aujourd’hui dans notre Occident post-chrétien à l’ombre de la révolution sexuelle et de toutes ses conséquences sociétales.

Non seulement ils n’ont pas réussi à se repentir, mais plus tard, quand les choses ont empiré, ils ont comme les Egyptiens avant eux, « maudit le nom de Dieu, qui avait le contrôle sur ces fléaux ». (Révélation 16 : 9)

Oui, nous devons faire tout ce que nous pouvons humainement pour limiter et atténuer cette épidémie (voir mon récent article de blog sur la nécessité de tester les virus), mais si nous faisons cela sans lire cet événement comme un avertissement de Dieu, nous aurons manqué le but. Nous devons le voir à travers les yeux des Écritures aussi bien qu’à travers les yeux de la science.

Les paroles de Dieu à Salomon étaient très claires :

“ Quand je ferme les cieux pour qu’il n’y ait pas de pluie, ou que je commande aux sauterelles de dévorer le pays ou d’envoyer une plaie parmi mon peuple, si mon peuple, qui est appelé par mon nom, s’humilie et prie et cherche ma face et détournez-vous de leurs mauvaises voies, alors j’entendrai du ciel, et je pardonnerai leur péché et je guérirai leur pays. ” (2 Chroniques 7 : 13,14)

C’est ce que nous devons faire en tant qu’église et en tant que nation – nous humilier, prier, rechercher la face de Dieu et nous détourner de nos péchés. Nous vivons dans une culture en phase finale et ce n’est que le début de ce qui nous arrivera si nous fermons les oreilles et les yeux aux signes. Il n’est pas trop tard, mais nous devons agir maintenant avant que cela ne le soit.

Dans l’Évangile de Matthieu, on nous dit que Jésus a commencé à prêcher avec les mots: «Repentez-vous car le Royaume des cieux est proche.» Cela n’a jamais été aussi proche que maintenant. Il est temps de se repentir.

Website | + posts

Leave a Comment