‘Donnez à toute la communauté d’Israël les instructions suivantes : le dixième jour de ce mois, que chaque maison ou chaque famille se procure un agneau. Si dans une maison on est trop peu nombreux pour manger un agneau, qu’on s’associe à la famille voisine la plus proche en tenant compte du nombre de personnes ; et l’on choisira l’agneau en fonction de ce que chacun peut manger. On prendra de son sang et l’on en badigeonnera les deux montants et le linteau de la porte des maisons où il sera mangé. Vous le mangerez à la hâte, prêts à partir : la ceinture nouée aux reins, les sandales aux pieds et le bâton à la main. Ce sera la Pâque que l’on célébrera en l’honneur de l’Eternel. Je parcourrai l’Egypte cette nuit-là et je frapperai tout premier-né dans le pays, homme et bête, et j’exercerai ainsi mes jugements contre tous les dieux de l’Egypte ; je suis l’Eternel. Le sang sera pour vous un signe sur les maisons où vous serez ; je verrai le sang, je passerai par-dessus vous. Ainsi le fléau destructeur ne vous atteindra pas lorsque je frapperai l’Egypte.’ (Exode 12:3-4, 7, 11-13 BDS)

Bonjour bien aimés dans le Seigneur, La pâques est à nos portes, mais c’est à peine que nous nous rendons compte.

Cette grande fête fondatrice du christianisme qui suscite des soirées de réveil, des cultes, des retraites et autres activités spirituelles dans l’Eglise, tombe aujourd’hui dans la période de confinement général.

Cela peut être vu comme un coup dur, une attaque sur le christianisme. Mais, on peut aussi voir que c’est plutôt l’occasion de la célébrer dans son authenticité et ceci pour au moins 3 raisons :

1. La première pâques n’a pas été célébrée en assemblée, mais dans chaque maison.

Tout au plus 2 maisons pouvaient s’associer, pas plus.

Jésus-Christ lui-même a célébrer la pâques dans une maison avec sa famille : les disciples, ils  étaient 13. Luc 22:7-12.

Les disciples de la première Église également célébraient la pâques dans les maisons. (Actes 2:46)

2. La première pâques a été célébrée dans un contexte où un destructeur allait passer de nuit pour tuer. De la même façon qu’aujourd’hui le Covid 19  fait peur au monde entier et se propage comme une traînée de poudre. Jésus-Christ lui-même a mangé la pâques dans un contexte de confinement, car obligé de se cacher des responsables religieux de ce temps qui voulait le tuer. Les premiers disciples des actes ont mangé la pâques parfois dans un contexte de persécutions.

3. La première pâque était l’aboutissement d’un processus de libération du peuple d’Israël de l’esclavage en Égypte.

La seconde pâque est la célébration de la mort et de la résurrection de Jésus. La croix et le sang de l’agneau nous assure la délivrance  de l’esclavage du péché, de la maladie, du diable et de la mort.

C’est l’occasion pour nous de remettre notre vie en ordre par rapport à cette œuvre. De vivre la réalité des bénéfices de la croix.

Comment célébrer la pâques en famille

Beaucoup de familles sont dans l’embarras parce qu’ils n’ont vécu cette pratique qu’à l’Eglise.

Pas de panique, je viens par ce message partager avec vous une façon simple et pratique de vivre ce moment en famille.

1. Préparez le nécessaire

– Le symbole du corps : vous pouvez choisir du pain ou un gâteau que vous mettrez en morceau. Veillez à ce que tout soit mangé (comme dans exode) donc un morceau par personne. La taille du morceau importe peu.

Le symbole du vin : choisissez ce qui symbolisera votre vin en fonction de vos convictions : du jus de raison, du Bissap, …

Versez dans de petits verres jetables pour chacun. Puis couvrez le tout d’un torchon.

2. Préparez votre cœur

‘C’est pourquoi quiconque mangerait le pain ou boirait de la coupe du Seigneur d’une manière indigne se rendrait coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun donc s’examine sérieusement lui-même et qu’alors il mange de ce pain et boive de cette coupe. Car celui qui mange et boit sans discerner ce qu’est le corps se condamne lui-même en mangeant et en buvant ainsi.’ (1 Corinthiens 11:27-29 BDS)

Il est important de passer par un temps de confession de péché au Seigneur et les uns aux autres.

Que chacun prenne le temps d’examiner son cœur : Qu’ai-je fait qui a irrité le cœur de Dieu ? Qu’ai-je fait qui a blessé un membre de la famille ?

Chaque membre de la famille doit aussi aller demander pardon pour ce qu’il a fait de mauvais contre l’un des membres. Celui qui  s’est senti blessé par une attitude d’un frère une sœur ou un des parents. Le concerné l’accueille et lui demande pardon. Les parents ne doivent pas hésiter à demander pardon à leurs enfants en cas d’offense.

3. Rappelez-vous de la croix et de ses bénéfices

C’est le moment de vous remémorer de tout ce que la croix a apporté aux humains : le Salut, la victoire sur le péché, la victoire sur la mort, la guérison de l’âme et du corps, la délivrance des liens sataniques, la rédemption, la sanctification

Rappelez-vous tout cela et invitez chaque membre de la famille à se l’approprier par la foi.

4. Rappeler l’initiation de la cenè

Servez vous ensuite des textes de 1 Corinthiens 11:22-26 et de Luc 22:17-20.

  • En lisant la partie du pain, le chef de famille prend un pain et le brise.
  • En lisant la partie du vin, il soulève la coupe et la bénie.
  • Il fini par une prière qui bénie ce moment de scène ensemble.
  • Donner le plateau à chacun pour prendre le pain et manger, puis y ajoute la boisson.

5. Prière d’intercession

Nous prions pour que la réalité des bénéfices de la croix soit notre partage, pour le salut, la guérison et la protection divine couvrant cette maison du sang de l’agneau.

Prions pour notre famille élargie, notre église locale, notre pays…

Tout ceci en chantant des cantiques qui parlent de l’œuvre de la croix.

Joyeuse pâques à tous.


Jean Paul Dansou est RR ICMDA Afrique de L’Ouest

1 Comment

  1. […] En Français. […]

Leave a Comment