Ce sont les premières heures du matin, et je me tiens dans un camp du choléra en regardant la scène autour de moi. Il y a des gens partout – sur des lits, sur des bancs, sur le sol, et même couchés dans des brouettes. Des yeux enfoncés me regardent alors que je regarde la ligne de perfusions intraveineuses, en donnant des kits attachés aux patients, la puanteur de chlore persistant dans mon nez. Le nombre de personnes est écrasant – il y a environ 700 patients dans un camp d’une capacité de 200 personnes.

Marchant au milieu d’eux, dans les tentes érigées à la hâte, une équipe d’infirmières, de médecins et d’étudiants en médecine s’occupe des malades, nettoyant leurs vomissures et selles, préparant des perfusions intraveineuses pour certains et donne une réhydratation orale pour d’autres. Un étudiant prie pour un homme âgé particulièrement malade. Alors que je me retourne, un enfant de 7 ans est transporté ; il semble avoir environ quatre ans, souffre de malnutrition et respire à peine. Une canule est placée, et nous prions pour qu’il vive.

J’ai écrit ce qui précède il y a un peu plus de dix ans lors de la crise du choléra au Zimbabwe. Il y avait eu 98 585 cas signalés et plus de 4 000 décès. Le service de santé était débordé. Et pourtant, au milieu de tout cela, quelque chose de beau se passait. Les chrétiens restaient et s’occupaient des autres dans les circonstances les plus difficiles. Je me suis demandé : « qu’est-ce qui pousse les gens à être les mains et les pieds de Jésus, même si cela peut leur coûter cher ? »

Venons-en donc à notre situation actuelle avec COVID-19. Qu’est-ce que cela pourrait signifier pour les professionnels de la santé dans les jours et les semaines à venir ? Peut-être risquer notre santé mentale et physique, être isolé de nos familles, être placé dans des situations intolérables et voir des gens mourir de morts horribles. Bien que nous ne soyons pas appelés à nous épuiser ou à être imprudents, nous pouvons être appelés à nous risquer et à faire passer les besoins des autres avant les nôtres.

Ma parabole préférée est Matthieu 13:44, où Jésus dit: « Le royaume des cieux ressemble à un trésor caché dans un champ. L’homme qui l’a trouvé le cache et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède et achète ce champ. »

Imaginez qu’en marchant dans un champ, vous tombez sur un trésor qui vaut bien plus que tout ce que vous pouvez gagner dans cette vie. Plus qu’une maison, une famille, un bon travail, et même la joie d’aider les gens. Et vous rentrez chez vous, et vous vendez tout pour acheter ce champ. Les gens vous demandent : « Que faites-vous ? Que c’est stupide ce que vous faites ! » Mais vous partez avec joie parce que vous avez trouvé quelque chose qui valait la peine de tout perdre.

Billy Graham connaissait le trésor qu’il avait trouvé et il y a donné sa vie. Avant de mourir, il a déclaré : « Un jour, vous lirez ou entendrez que Billy Graham est mort. N’en croyez pas un mot. Je serai plus vivant que je ne le suis maintenant. J’aurai juste changé d’adresse. Je serai entré dans la présence de Dieu. “

Comme beaucoup de ceux qui l’ont précédé, il avait foi en Jésus, le Fils de Dieu tout-pourvoyeur et tout-satisfaisant. Il savait qu’il était en sécurité ; il savait que Dieu est sur le trône et qu’il est souverain sur la vie et la mort, la maladie et la santé. La réalité est que nous sommes en sécurité. Que ce soit dans la vie ou dans la mort, nous sommes éternellement en sécurité en Lui (Jean 10:28-30).

Chaque crise apporte à la fois menace et opportunité. Vous ne pouvez pas démêler les deux. Tandis que les menaces nous entourent, il en est de même pour les opportunités pour que les gens en apprennent davantage sur la compassion chrétienne. Non seulement de la part des chrétiens, mais peut-être aussi des non-chrétiens qui portent néanmoins l’image de Dieu et servent à nos côtés, ne reconnaissant peut-être pas la source de leur empathie pour les autres porteurs d’image.

Alors, soyons les mains et les pieds de Christ et montrons-Le au monde. « Rien ne fait mieux briller la valeur de Jésus que l’amour sacrificiel pour les autres au nom de Jésus. Donner notre vie pour le bien des autres magnifie Jésus plus que toute autre chose » (John Piper, Risk Is Right p15). « Il n’y a de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » (Jean 15:13). Beaucoup de grands hommes et femmes nous ont précédés. Beaucoup d’entre eux sont des médecins et des infirmier(ère)s. Nous n’avons pas entendu parler de la plupart des 245 millions de chrétiens qui ont subi des niveaux élevés de persécution l’année dernière. Mais nous les rencontrerons au ciel. Au lieu de demander : « Pourquoi devrais-je prendre des risques pour Jésus ? », beaucoup d’entre eux ont dit : « Comment ne puis-je PAS me risquer pour Jésus ? »

Retour au camp du choléra. J’ai marché jusqu’à l’un des étudiants en dernière année de médecine, qui avait été coopté pour aider, et lui ai demandé pourquoi il était là. Il a répondu :

« Dieu n’est pas un Dieu qui reste en arrière et regarde… Jésus est dans ce camp du choléra, au milieu des vomissements et de la diarrhée, plein de compassion pour ces gens. Je me suis demandé où Jésus serait à Noël, et je savais qu’il serait ici, c’est pour cela que je voulais être ici aussi. »

« Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 8:38).

Par John Greenall.

Republié avec la permission de CMF Blogs.

+ posts

1 Comment

  1. […] En Français […]

Leave a Comment